November 30, 2022

funny-pictures-fighting-cats-constructive-feedbackThe e-mails can be found in their original format within the ARN Cable
which includes over 200 e-mails. KittyLeaks style…

From: Louise Lacourse
Sent: Friday, October 11, 2013 8:06 AM

J’ai depense $100 cette semaine pour litière–on était ou fond dans la plupart des chambres. Andre va commander de Mondou ($4.50 par sac livraison inclus), assez pour 4 semaines. Je vais payer la facture mais je ne peut pas continuer a faire ça.

Je dois avoir votre appui fininciere–ou le refuge aura encore une autre raison de faillite.

–Comptant seulement car tous les cheques RSA vont dans le compte ou seule BL a acces
–ou un cheque a moi personnellement et je le traiterai comme comptant.

Tous les dons comptant reçoivent un recu pour les impôts, mais je roi remplir une formulaire pour Connie. Donne moi votre addresse en meme temps. Pour tout question, n’hesite pas a me demander.

Vous etes bienvenut d’apporter de la litière directement au refuge si vous pouvez et aussi souvent que possible. Laisse moi les factures avec vos coordonnes pour le reçu d’impôts.

Merci

From: Robert
Sent: Fri, 11 Oct 2013 10:29:29 -0400

Bonjour à tous,

La situation décrite par Suzy est absolument inaceptable. Je sais à quel point Suzy paye elle-même des choses pour le refuge….bien plus encore que pour la litière. Si elle n’était pas là, nous serions au bord de la faillite.

C’est incroyable qu’il faille demander aux bénévoles, en plus de tout ce qu’ils font, d’acheter de la litière, parfois de la bouffe, des contributions spéciales pour chats malades. ( ceci n’est pas une critique envers Suzy, c’est une critique envers la gestion complètement anarchique de RSA)

En juin, j’ai donné un bon montant à Suzy pour la litière. Là, je me propose de payer pour le remplacment complet de la tuyauterie du refuge. Mais cette situation ne peut plus durer. Les bénévoles n’ont pas tous la capacité de contribuer financièrement au maintien du refuge ; c’est tout à fait normal que plusieurs d’entre vous ne peuvent faire des dépenses à leurs frais.

D’une façon très pragmatique, il faudrait trouver une autre commandite comme celle que nous avons perdue en mai. La litière était alors fournie gratuitement.

Là où la situation est plus cruciale , c’est sur l’ensemble de la gestion de RSA, incluant les ressources financières. Le rapport de Cynthia Martin, déposé en août, n’a eu aucune suite….tabletté comme on dit. Il contenait pourtant toutes des pistes pour améliorer notre situation à tous points de vue:

-Formation d’un C.A.
-Organigramme précis des tâches de la direction et des chefs d’équipe
-Conseils pour améliorer le climat et les communications entre tous les intervenants
– Balises claires concernant l’euthanasie
-Et j’en passe…………………………………

Tout ceci est restée lettre morte. Et le danger d’une faillite de RSA est évoquée clairement par Suzy, tant en anglais qu’en français.
Par ailleurs, le proprio pourrait nous expulser n’importe quand. Avec les condos qui se construisent en face, le proprio serait sûrement tenté de vendre la bâtissse pour démolition et construction d’autres condos.

Que faut-il donc faire pour mettre nos chers anges à l’abri d’un danger de fermeture ? À mon avis, des changements radicaux doivent survenir dans les façons de faire et l’utilisation des maigres fonds. Dans un message que j’ai envoyé il y a un mois, j’évoquais l’idée de tenir une réunion générale. Absolument personne ne s’est prononcé.

Au risque de me faire tirer des roches, je reviens sur ce point : RSA dépense de véritables fortunes en soins vétérinaires, traitements et médicaments ……..et souvent pour prolonger la vie de chats condamnés, écrasés au fond d’une cage, parfois souffrants , agressés par des traitements qui seront inutiles de toute façon. Je donne souvent cet exemple, qui est basé sur des observations scientifiques et confirmées par de nombreux vétérinaires que je connais:
Quand un chat FIV commence à avoir des problèmes de santé, que s’installent des maladies graves et incurables et que les traitements ne guérissent pas le chat mais ne font que le prolonger indûment, il y a là un sérieux dérapage éthique.
Oui, je sais, nous aimons tellement nos petits protégés, nous leur portons amour et tendresse…..il est déchirant de les laisser partir mais c’est le choix à faire…..quand il n’y a plus rien à faire.

Je termine sur cette question :
Qu’allons-nous faire si le refuge est acculé à la faillite et que nous devons placer tous nos minous ? Qu’allons-nous faire si le proprio nous donne un mois pour quitter les lieux ? À jouer à l’autruche….on joue avec le feu.

Quelqu’un peut traduire ( ou résumer), s.v.p. ?

Bonne fin de semaine.
Robert

Date: Fri, 11 Oct 2013 20:48:50 -0700 (PDT)
From: Chantal Bertrand

Je suis complètement en accord avec toi, Robert.

Cette situation n’est pas soutenable à moyen terme, et encore moins à long terme.

Il n’est pas normal que les bénévoles doivent combler les manques même les plus essentiels.

Personnellement, j’achète souvent de la bouffe ou des essuie-tout pour le refuge quand je vois une bonne vente; mais je ne peux pas donner des centaines de dollars ici et là. Je “marraine” Rosane et je donne beaucoup de temps et d’énergie à l’entretien et au recrutement. Et je sais que je ne suis pas la seule.

Mais cette situation (de survie) cause de l’anxiété aux bénévoles, ce qui est malsain pour le climat de travail. Il y a une tension palpable dans l’air. Et oui, j’ai peur – pour nos minous et pour nous tous.

Chantal

Date: Sat, 12 Oct 2013 11:31:26 -0400
From: Robert

Bonjour Chantal et tous,

Merci Chantal. Suzy a posté un deuxième message qui va dans le même sens que celui d’hier……..et tu es la seule à répondre au mien.

Bien sûr, je comprends que les bénévoles soient stressés et anxieux face à l’avenir qui s’annonce sombre; je le suis depuis plus d’un an . Le déménagement avorté est l’exemple le plus flagrant de la gestion erratique de RSA.
Le meilleur remède contre l’angoisse c’est l’action. Sinon, cette angoisse se transforme en paralysie ou en déni de la situation.

Chères/ chers ami (e) s bénévoles, j’aime les chats du refuge autant que vous tous et c’est justement pour assurer leur avenir que je tente de faire bouger les choses. Mais je dois avouer que je ne comprends pas : les deux messages de Suzy et le mien auraient dû amener des réactions, des échanges d’idées. Mais rien ( à par Chantal) . Certains trouvent peut-^tre que mes interventions sont décourageantes ou négatives. Portant ma seule motivation est de sauver le refuge. Si le pire devait un jour arriver, j’aurai la maigre consolation d’avoir tenté d’éviter cette situation.

Je crois bien avoir fait connaître clairement mes positions et “propositions”. Maintenant je vais me taire et faire du mieux que je peux dans mon travail au refuge et d’autres tâches connexes ( collecte de fonds, achat de matériel, etc. ). Il ne me sert plus à rien de combattre en vain les moulins à vent.

Que le meilleur puisse advenir.
Bonne fin de semaine.

Robert

Date: Sat, 12 Oct 2013 14:40:22 -0400
From: Lilianne Dubé

Tu as tellement raison. Je pense aussi que les bénévoles en ont déjà plein les bras avec l’entretien/et le groupe des meds. Ça fait pas longtemps que je suis au refuge alors je n’ose pas trop parler. Mais on peut vraiment pas continuer ainsi. Il y a en effet des chats qyi n’on plus de qualité de vie et qui gruge les revenus du refuge. Ça l’air “méchant” dit ainsi mais c’est ce que je pense. On peut pas tous les sauver alors concentrons nos efforts et notre argent vers ceux qui sont en réelle santé. Pour les autres, contentons-nous de limiter leur souffrance !!!!

Il y a encore trop de chats en cage et qui devraient être ailleurs.
Bon week-end !!

Envoyé de mon iPad

Date: Sat, 12 Oct 2013 19:59:32 +0100 (BST)
From: Frederic

Bonjour Robert,

Je suis d’accord avec toi et je m’interroge aussi sur le devenir de nos minous et du refuge ! Les bénévoles font un remarquable travail mais nous n pouvons pas être tout le temps solliciter pour subvenir aux besoins du refuge.

Qu’en est il des propositions de l’analyse qui a été faite ? Personne ne s’est prononcée sur la suite à donner ?

Merci

Frédéric

Date: Sat, 12 Oct 2013 13:01:48 -0700 (PDT)
From: Animal Rescue Network

Bonjour tous et toutes,

Je ne peux malheureusement répondre a toutes les questions… par contre je peux apporter une précision que j’ai récemment apprise concernant la situation du refuge et le développement immobilier environnant.

Comme Robert, j’étais très inquiète de voir construire de belles grandes tours a condos tout autour du refuge. Je me disait, qu’être à la place du proprio, je préfèrerais bien vendre ou jeter par terre cet édifice (qui ne doit rapporter que quelques milles dollars et beaucoup de problèmes par mois) pour en faire de beaux condos tout neufs qui se vendront chacun un minimum 200 000 $ et bien plus.

Ce que j’ai récemment appris de la part d’un fonctionnaire municipal haut gradé (donc de source sure) c’est que tout ce qui se trouve au côté nord de Des Carrières est zoné résidentiel et commercial et tout ce qui est au sud de Des Carrières est zoné ”industriel léger”. Donc, le batiment actuellement occupé par le RSA est libéré de toute menace de développement domicilier.

Ce que j’ai également appris, dans la même démarche, c’est qu’il y a environ 2 ans, la ville de Rosemont a adopté un règlement interdisant la présence de refuge (ou entreprise du genre) sur son territoire tout entier (incluant le local dans lequel le RSA avait espéré pouvoir déménager un jour). Heureusement, puisque le refuge du RSA occupe les locaux actuels depuis 2001 et détient un Certificat d’occupation en bon et due forme (émis par l’ancienne ville de Montréal), ce certificat a quand même été reconnu par la ville de Rosemont et que le ”droit acquis” s’applique dans son cas. Ouf!!! En conclusion, jamais le refuge ne pourra déménager ailleurs dans la ville de Rosemont-Petite-Patrie et, si jamais il déménage, il ne pourra plus revenir a son point de départ.

Nous savons également que de nombreuses autres villes ont également adoptés de tels règlements… donc, trouver un nouveau local est de plus en plus hardu… mais, selon moi, avant de se lancer dans la recherche d’un nouveau local, il faudrait dans un premier temps se lancer dans la recherche d’argent pour aménager ce local. C’est la principale erreur qui a été produite lors de la récente tentative de déménagement avortée…

Remarquez que si ce déménagement avait bel et bien eu lieu l’an dernier, le RSA aurait investi de 60 000 $ a 70 000$ pour l’aménagement de locaux qui se seraient trouvé sur un territoire illégal. Donc, un généreux 60 jours nous aurait été octroyé par la ville de Rosemont-Petite-Patrie pour quitter les lieux. C’est donc un mal pour un bien.

Johanne

Date: Sat, 12 Oct 2013 18:00:37 -0400
From: Ginette Pagé

Merci Johanne pour ces précision, cela me soulage grandement car moi aussi j’ai eu peu en voyant ces condos. Donc comme le RSA a un droit acquis l’idéal est que l’on reste dans le local actuel afin garder les droits et ainsi garder nos précieux amours dans ce local. Il ne reste qu’a faire quelques rénovations et ainsi continuer à procurer un toit à tous les habitants du refuge.

C’est une nouvelle rassurante.

Encore merci

Ginette.

Date: Sat, 12 Oct 2013 15:54:04 -0700 (PDT)
From: Catherine Dupuis

Bonsoir,

Effectivement ça peut-être une bonne nouvelle à court terme.
Mais moi, ce qui me fait le plus peur…… et je ne le souhaite pas du tout, c’est qu’ il y ai un problème électrique qui provoquerait un feu.. Avec tout ces fils qui pendent, tout ces “raboutinnage” de prises electrique. J’y pense à chaque semaine. Le toit qui coule à l’infirmerie, est ce que il va tenir le coup cet hiver ? Tout les chats qui sont en cage et qui ne pourraient se sauver !! même les autres libres !!!

:(
Ça m’attriste !

Est ce que le propriétaire va encore nous garder encore bien longtemps ?

Est ce qu’il va faire des réparations ?
Si j’aimais il y a un inspecteur qui passerait par là, est ce qu’il mettrait la clef sur la porte ? toute ces questions, je me les pose à chaque semaine. Qu’est ce qu’il arriverait alors à nos boules de poils? Je n’ai malheureusement pas aucune solution !!!!
Est ce que le RSA cherche toujours un endroit ? Est ce que on pourrait avoir les spécifications pour faire une recherche ?
Y a t il un moyen d’aider à travers les membres du site ? etc etc etc….

L’autre question que j’ai déjà posé et que malheureusement je n’ai pas encore eu de réponse, Pourquoi qu’il n’y a pas de vétérinaire bénévole pour le refuge ? C’est tu moi, mais je ne comprend pas. Si on avait un vétérinaire ou meme à la limite plusieurs bénévoles, on pourrait réduire les coûts non ? Il n’y a aucun vétérinaire interessé ? wow !!

Bonne soirée et bonne réflexion !

Catherine une bénévole concernée par le bien-être des chats !

Date: Sat, 12 Oct 2013 19:39:46 -0400
From: Christelle Houillon

Bonjour à tous

Suite à vos messages, je voulais vous faire part de mon ressenti:
oui j’avoue, malgré mon engagement et mon attachement pour le RSA depuis quelques mois je suis parfois découragée. Parfois, voire souvent.

Nous sommes régulièrement seulement 3 le dimanche soir, c’est dur, ça laisse peu de temps pour les câlins et on n’a pas vraiment de répit.
C’est ça que je trouve le plus dur: ne pas avoir le temps pour faire beaucoup de câlins, surtout aux chats en cage.

Chaque fois que je nettoie une cage, je parle au chat, je le flatte autant que je peux, mais à mon sens ce n’est jamais assez.
Car les chats ont besoin d’une litière et d’eau propres, mais aussi de contact. On dit que ce sont des animaux indépendants, mais je peux vous dire que les miens ne le sont pas! Ils sont tous le temps collés à nous, jour comme nuit, mon plus vieux dort même sous la couvert!
Peut être suis je naïve mais je me dis qu’un chat se rétablira plus vite s’il est flatté et sent de l’amour (je suis tout à fait consciente que même si un bon moral aide, on ne guérit pas un cancer avec juste de l’amour mais si ça peut au moins rendre la fin de vie du chat moins douloureuse).

Mais quand on est en sous effectif, les preuves d’amour sont malheureusement assez courtes.

Oui je suis triste de voir des chats malades, en cage, ça me brise le coeur.

J’ai pleuré en apprenant la nouvelle de la mort d’Automne, mais en même temps j’étais heureuse pour lui qu’il soit délivré.

Je me dis aussi que prendre la décision de faire euthanasier un chat doit être extrêmement difficile, si demain on me disait: “Christelle, décides quel chat souffre trop et doit être euthanasié”, je ne sais pas si je pourrai le faire.

Quel est la meilleure chose à faire?

Essayer de recueillir le plus de chats possibles pour les aider mais à leur détriment aussi car cela signifie moins de fonds disponibles pour chaque chat?

Ou dire: on stoppe les entrées et on se concentre sur ceux qui sont déjà là, mais alors que vont devenir ceux qui, sans le refuge, seraient peut être morts dehors? Avec cette politique, le refuge n’aurait jamais eu la chance d’accueillir Zeus, Darcy, Marquette…
J’ai mes moments de découragements et de tristesse, d’inquiétude concernant le local et les décisions du propriétaire (mais au moins, il ne peut pas transformer l’entrepôt en condos, ça fait un risque de moins), et je m’inquiète des bénévoles qui risquent de quitter à cause de la situation actuelle et d’un sentiment de découragement qui semble général.

Malgré tout je reste motivée car chaque fois que je passe la porte, je suis heureuse de voir les minous. C’est ce qui me fait revenir à chaque semaine malgré tout.

J’essaie de ne pas penser à des lendemains difficiles mais c’est dur.
Je ne me voile pas la face, je vois les difficultés.
Bonne soirée à tous et bonne Action de Grâce.

Christelle (entretien du dimanche soir)

Date: Sat, 12 Oct 2013 20:00:22 -0700 (PDT)
From: Animal Rescue Network

Évidemment, depuis près de 20 ans, de très nombreuses bénévoles du RSA ont déja pensé a solliciter des vétérinaires pour être bénévole au refuge. Si vous en connaissez-un, n’hésitez surtout pas!

Des inspecteurs du service des incendies de la ville ont récemment procédé a une inspection. Des ajouts ont été exigés par le service de prévention des incendies. Entre autre des extincteurs supplémentaire et lumières de secours que j’ai acheté ce matin. Nous vous demanderons de lire le mode d’emploi afin de vous familiariser avec leur emploi dès leur installation.

Soit dit en passant, le refuge du RSA est régulièrement inspecté par divers organismes, dont Anima-Québec, la MAPAQ, le service d’urbanisme, etc.

Un document énumérant les très nombreuses spécifications auxquelles doivent répondre un local qui pourrait accueillir le refuge se trouve toujours, je crois, dans les fichiers du Yahoo group. Mais, tel que précédemment mentionné, je crois personnellement que la priorité est de trouver 50 000 $, qui sont nécessaire a son aménagement, avant même de trouver un nouveau local afin de ne pas reproduire l’erreur de l’an dernier.

Pour ce qui est des négociations et ententes avec le propriétaire actuel, je ne peux vous répondre.

bonne soirée

Date: Sat, 12 Oct 2013 23:02:18 -0400
From: skat.magnan@…

Christelle

Je partage tes inquiètudes et tes moments de découragements passagers. Mais à chaque fois que je mets les pieds au refuge,nos chers petits me rappellent que seul le moment présent compte…et que tout le stress que nous nous mettons sur le dos est futile. Je suis parfois inquiet ou anxieux quand j’arrive au refuge(j’ignore
quelle situation nouvelle et imprévue nous aurons à gérer..), mais les chats m’ont appris à gérer mes propres angoisses…étant eux-mêmes tellement au-dessus de tous nos problèmes existentiels et organisationnels….!

Notre bénévolat au refuge devrait nous relaxer et non nous angoisser…..

Norbert

Date: Sun, 13 Oct 2013 12:32:09 +0000
From: Suzy Margot Slavin, Miss

La meilleure action pour les chats est de les adopter chez vous. Si chaque bénévole pouvait prendre un chat du refuge cela fera une grand difference.

Suzy M. Slavin
514-484-4705

Support the Animal Rescue Network/Reseau Secours Animal
www.animalrescuenetwork.org
Save lives, spay-neuter & adopt for life

Date: Sun, 13 Oct 2013 10:15:24 -0400
From: Ginette Pagé

Je suis comme vous tous j’ai des angoisse face à la situation du refuge, vas t-on pouvoir survivre encore longtemps bien que l,histoire du risque d’expulsion pour construction des condos à la place du local est écarté c’est la situation budgétaire qui deviens inquiétante. Avant des compagnies nous donnait de la litière en grande quantité et maintenant plus rien. On a eu des bas coté dry food, on en recevait plus, pareil pour la wet food on en manque souvent mais comme Norbert quand j’entre au refuge je me sens plus relaxe les chats m’apporte un grand réconfort ils on le dont de me donner de l’énergie, leur amour inconditionnel, leur petit mauvais coup, leur petite face espiègle pour certains tout çà me rend heureuse. Bien sûr la situation financière critique demeure mais les chats me font changer les idées le temps que je suis auprès d’eux.

Je souhaite le meilleur pour le refuge et j’espère de tous coeur que nous finirons par trouver des compagnies qui nous fournira encore en donnant litière, dry food et wet food en quantité suffisante pour que l’on en manque jamais mais comment faire pour solliciter des fournisseurs ?

Ginette

Date: Mon, 14 Oct 2013 18:39:02 -0700 (PDT)
From: Chantal Bertrand

C’est bien mais ce n’est pas réaliste, surtout à long terme, Suzy. Selon l’âge du chat, nous parlons d’un “commitment” de plusieurs années, et peut-être même allant jusqu’à 20 ans!

Plusieurs bénévoles sont déjà “no vacancy”, ou ont un proprio qui n’accepte pas les animaux, ou ne peuvent pas adopter faute de moyens financiers.

Et nous savons très bien que certains chats ne seront jamais adoptables. Et nous continuons d’accueillir de nouveaux chats. Il faut trouver d’autres solutions.

Chantal
Maman de Maude
Marraine de Rosane

Leave a Reply

%d bloggers like this: